Navigation

Informatique & logiciels

Présentation

L’informatisation du travail et des loisirs — appelée à tort et à travers « numérisation », « digitalisation », « dématérialisation » ou même « virtualisation » — consiste à recourir à des ordinateurs traitant des informations numériques pour effectuer des tâches auparavant réalisées avec des media et des outils tangibles et palpables. Leur caractère palpable leur confère une propriété essentielle : ils sont bricolables.

L’informatisation est une forme de violence qui consiste à complexifier des tâches basiques en passant par des étapes d’abstraction et des couches d’interfaces dont on se passait fort bien auparavant, ce qui a pour effet d’exclure une large portion de la population : les nouveaux illettrés, ceux qui ne comprennent pas l’informatique. C’est d’autant plus violent qu’elle est promue par une élite de gens très éduqués pour qui les technologies et les gadgets électroniques sont un jeu de l’esprit, permis par un pouvoir d’achat au dessus de la moyenne, et qui est la seule à détenir le privilège de pouvoir bricoler l’outil. Le reste de la population est simplement aliéné de son travail, rabaissé au rang de consommateur silencieux.

En fait d’améliorer notre confort, notre qualité de vie et notre productivité, les « nouvelles technologies » sont un système consumériste, inflationniste et productiviste qui n’est au service que de lui-même et ne profite qu’à ceux qui le vendent. Le bénéfice de productivité est rapidement avalé dans la configuration initiale d’outils trop lourds, le déplantage périodique de mises à jour logicielles aussi instables qu’indésirables, et le débuggage de systèmes complexes et obfusqués  sur lesquels même des experts se cassent les dents. L’informatisation n’a pas de fin, c’est un cercle vicieux qui demande toujours plus de logiciel, et toujours plus de puissance de calcul.

Il faut donner aux utilisateurs des repères en matière de « bonne » utilisation des outils informatiques, c’est à dire de permettre aux utilisateurs de comprendre comment leurs outils fonctionnent (et comment ils échouent…), mais également de développer une hygiène informatique privilégiant des outils basiques et minimalistes, voire même une intuition du moment auquel il est plus productif de revenir au papier et au crayon.

C’est sur ces bases qu’on partagera ici astuces et conseils pour utiliser correctement un ordinateur, c’est à dire pour ne pas se faire utiliser et pour y passer le moins de temps possible.

 ◉ 

Derniers articles

Rendre son poste de travail informatique ergonomique

Tuto 12 min.
Il arrive un point dans la vie de chacun où l’on réalise que le corps n’est plus aussi tolérant aux maltraitances qu’on lui inflige qu’il a pu l’être, et qu’il est temps, non pas d’en faire moins, mais de travailler mieux. Comme beaucoup de travailleurs indépendants, je passe un temps considérable devant mon bureau, et plus précisément, devant mon ordinateur. Il y a 2 ans, j’ai commencé à ressentir des douleurs de plus en plus intenses au le poignet droit, sur le dessus de l’avant-bras et au niveau du coude.
Lire la suite →

Émuler la roulette de la souris sous Ubuntu

Tuto 3 min.
J’ai récemment changé de souris pour une souris ergonomique 3M (souris verticale). Celle-ci possède 3 boutons mais pas de roulette pour le défilement, ce qui est pénible mais pas une fatalité. Comme avec les souris trackball, il faut donc simuler la roulette en définissant un bouton qui, appuyé tout en bougeant la souris, va effectuer le défilement. Sous Gnome avec Ubuntu 18.04, il y a 3 manières de s’y prendre :
Lire la suite →

Optimiser Ubuntu 16.04 de A à Z

Tuto 4 min.
Ubuntu 16.04 LTS est sorti depuis 1 mois et demi et s’il reste un OS relativement léger et performant, il peut aisément être dégraissé pour améliorer sa réactivité. Le problème général est que Canonical, son éditeur, la joue façon Apple et mise sur un OS sexy dont les effets graphiques (transitions, transparences et ombrages des fenêtres, etc.) léchés impactent négativement les performances générales du système. Étant utilisateur avancé, le bureau ne me sert qu’à accéder à mes applications, et c’est dans celles-ci que je souhaite investir ma puissance de calcul (notamment quand je retouche des images) quitte à me passer de détails graphiques.
Lire la suite →

Cher non-geek, tu es un danger pour toi

Opinion 2 min.
Cher non-geek, tu es Jacques Nadeau, ce photographe de presse qui a immortalisé 37 ans d’actualité et d’histoire québecoise et qui, après le vol de ses disques durs à son domicile, a perdu 30 000 clichés d’histoire et toute une vie de travail, tu es Lilas Bass, cette étudiante en sciences politiques, qui s’est fait aujourd’hui voler son sac à main, contenant notamment son ordinateur, l’unique copie de son mémoire de recherche et le début de sa thèse, soit 6 mois de travail,
Lire la suite →

Utiliser la fonte Linux Libertine pour le web

GNU/Linux Etc. 4 min.
Ceux qui me connaissent savent à quel point j’affectionne Linux Libertine , police que j’utilise de façon extensive, notamment sur ce site web. Malheureusement, en raison de soucis de licence (« Linux » est une marque déposée dont l’utilisation est soumise à l’autorisation de la Linux Foundation), elle n’est toujours pas disponible sur Google Fonts. Le projet Linux Libertine fournit des webfonts (au format WOFF) qui peuvent être utilisées telles quelles.
Lire la suite →

Pages :
 ◉ 
 ◉ 

Auteur

Profile picture

Patrons Income Goal

Utilisateur de Linux à cause de Windows Vista (2008) et développeur de scripts, plugins et logiciels libres dans 15 langages de programmation depuis 2012. J'ai mis le nez dans les ordinateurs parce qu'ils sont devenus incontournables partout et que je refuse de les subir. Initialement spécialisé en programmation pour le calcul scientifique en génie mécanique, il a fallu que je développe aussi pour le web et la bureautique, afin de résoudre des problèmes créés par des informaticiens.

Crédits

Ce site n’utilise ni cookies, ni système de collecte de données privées, ni service de publicité. Les lecteurs multimédia intégrés sur les pages peuvent utiliser leurs propres cookies et trackers.